Exercice de style

Avec les mêmes mots, juste placés dans un autre ordre, comment changer le sens d’une phrase subtilement :

  • Je ne peux pas vraiment dire que ça m’arrange
  • Je ne peux pas dire que ça m’arrange vraiment
  • Je peux dire que ça ne m’arrange pas vraiment
  • Je peux dire que ça ne m’arrange vraiment pas

Autant de façons de dire que ça me gonfle un RDV dans Paris, même pas directement sur mon trajet, un jeudi soir après 20h.
Pourtant, le principe de base est sympa : faire des photos pour une amie qui a décidé de partir vivre loin.
Oui, seulement j’ai rendez-vous avec 2 copines : l’une est en vacances (et impose les horaires du fait de son train) et l’autre a fixé le RDV chez elle.
Du coup, j’ai l’impression d’être celle qui fait tous les efforts.

Je vis ça comme une corvée, alors que ça devrait être sympa : se voir entre copines, délirer en faisant des photos, papoter, se boire un apéro ensemble.

Je n’arrive pas à apprécier les points positifs, je reste bloquée sur « tain, je vais aller me paumer au fin fond de Paris et rentrer à pas d’heure un soir de semaine »
J’ai juste pas envie, j’arrive pas à me motiver, à me secouer.

La fatigue, sans doute ?

Publicités

7 réflexions sur “Exercice de style

  1. Tu peux pas dormir chez elle cette nuit là ? Nous on faisait ça avec mes copines, les jours de grève ou de soirées trop tardives 🙂
    Et pis moi j’veux des photos !!

  2. Non je vais pas dormir chez elle.
    Ya pas la place, elle m’a pas proposé, et en plus j’ai pas envie.
    (Purée, j’ai vraiment l’air de mauvais poil hein ?)

    Pour les photos, doit y avoir moyen de s’arranger 😉

  3. T’as oublié « Je ne peux vraiment pas dire que ça m’arrange » :angel:

    Et fallait te faire entendre, dire « quoi, chez toi ? à 20h ? mais ça fait tard namého ! J’ai peur moi le soir en métro :peur2:  » (l’air apeurée peut beaucoup aider :D)

  4. @ dritj : ah oui je l’ai oublié.
    Et pourtant, je l’ai tourné dans tous les sens.
    Je me faisais penser au bourgeois gentilhomme « belle marquise, d’amour mourir vos yeux me font… »
    Ou au personnage de Lapeste, de camus, qui passe tout le livre à réécrire la première phrase de son roman.

    Bref.

    J’ai passé une chouette soirée hier avec les copines, on a bien rigolé.
    Et je suis rentrée à une heure indue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s