Complicité

Le PAF, il a bien assuré cette semaine. Vraiment.
Et pourtant, histoire de lui gâcher la vie, une méchante grippe s’était invitée pour la semaine. depuis lundi, il oscille joyeusement entre 39 et 40°C. MissAngus, elle va bien, elle tousse juste un peu. (et moi, on dirait bien que je vais agoniser prendre le relais cette semaine)
Malgré ça, il a bien géré, l’a fait manger, dormir quand il le fallait, l’a promenée… Bref, tout ce qu’il faut.

Jeudi, ils ont rejoint mon frère, PAF pour la journée lui aussi, et son fils de 3 ans 1/2. Ils ont passé la journée tous les 4 pendant que les mamans étaient au travail.

Les 2 loulous ont ainsi pu partager des moments de complicité vraiment chouettes : repas de midi pris ensemble, puis ils sont allés dans une salle de jeux en intérieur avec piscine à boules, toboggans…
Les papas trop sympas m’envoyaient des photos sur mon téléphone. J’étais ravie que cette journée se déroule si bien.

J’étais bien moins ravie d’être au boulot, bien sûr. Heureusement, je les ai rejoints le soir, ma journée terminée.
Et j’ai pu voir cette complicité entre cousins de mes yeux.

Les voir se poursuivre dans la maison, éclater de rire à leurs pitreries, s’imiter l’un l’autre (et ce n’était pas forcément la plus petite qui imitait le plus grand), se faire des câlins et des bisous, danser… On aurait cru qu’ils passent leur vie ensemble. Pourtant, bien qu’on ne soie pas tellement éloignés géographiquement, ils ne se voient pas tant que ça.

Je ne sais pas si on peut dire que mon frère et moi, enfants, étions complices.
Une différence d’âge un peu trop importante et l’antagonisme fille / garçon fait que nous n’avions que rarement les mêmes jeux. Je me souviens toute de même de ses GI Joe rencontrant mes Barbies sur une dalle dans notre jardin.
Je me souviens aussi de nos disputes d’enfants, des tirages de cheveux et courses poursuite autour de la maison.
Mais dans notre vie d’adulte, je pense qu’on peut dire que nous sommes complices. Mon frère, c’est la personne la plus important de ma famille à mes yeux.

Alors je suis heureuse de voir cette complicité rejaillir sur nos enfants.

Publicités

19 réflexions sur “Complicité

    • Il n’y aurait pas eu cette satanée angine, je serais allée bosser les yeux fermés. Vraiment. Mon homme est vraiment un papa génial qui s’occupe très bien de sa fille.
      Et oui, c’était assez frustrant de ne pas être de la partie, heureusement qu’on a quand même passé la soirée tous ensembles !

  1. Ma fille adore ses cousins qui ont deux ans de plus qu’elle et maintenant qu’ils habitent tout près on les voit à peu près une fois par semaine, elle est super heureuse! (et eux aussi… faut les voir se faire des câlins et des bisous quand ils se retrouvent! <3)
    Je me souviens avoir énormément joué avec mes frères, que ce soit à la dinette, poupées ou aux petites voitures, lego, playmobils… pourtant nous avions 5 ans de différence entre chacun.

    • En fait, ma fille adore les autres enfants, que ce soit ses cousins / cousines ou les enfants de nos amis.
      Elle est en général la plus petite mais ça ne la dérange pas plus que ça. avant de savoir marcher, on voyait bien qu’elle avait envie de faire comme eux, elle ne les quittait pas des yeux. Maintenant, c’est pas la dernière pour cavaler jouer !

  2. J’ai 9 ans de moins que mon frangin, je sais qu’il adorait s’occuper de moi quand j’étais petite (photos à l’appui!!), il adorait moins quand il avait 16 ans et que je le suivais comme son ombre! Maintenant, ben nos rapports sont assez épisodiques. Il adore mes enfants en tout cas, à vrai dire il a commencé à s’y intéresser quand ils ont commencé à parler, avant, bof, il est pas très nourrissons!!
    Mon Chéri est le troisième et « petit dernier » de sa famille, avec sa soeur, ça va à peu près, avec son frère c’est une autre histoire: il était fait pour être enfant unique, il n’a jamais accepté que ses parents lui pondent une frangine et provocation suprême: un frère… Il n’a cessé de littéralement le persécuter pendant toute son enfance et continue à le traiter comme une merde. C’est définitivement un gros con, même sa mère est d’accord avec nous 😉
    Et nous, on a deux enfants, 27 mois d’écart, qui s’adorent… on croise les doigts pour que ça dure… Est-on pour autant « responsables » de cette entente?? Je ne pense pas, bien qu’on fait justement tout ce que n’ont pas fait mes beaux-parents quand un clash arrive entre les deux…

    • C’est vrai que la différence d’âge n’est qu’un des nombreux paramètres qui font les relations frères / sœur.

      Je me rend compte aussi que ce n’est finalement pas évident pour des parents de favoriser de bonnes relations dans la fratrie. Ma mère par exemple, répète à qui veut l’entendre qu’elle a tout fait pour qu’on s’entende bien et que si elle a réussi au moins ça, elle est contente. Sauf que je n’ai pas le souvenir qu’elle aie fait quelque chose de concret.
      Au contraire, elle avait plutôt tendance à ne pas intervenir et nous laisser régler nos différents entre nous. D’où les couses poursuites dont je parlais plus haut.
      Là aussi, je ne pense pas qu’il y ait de méthode miracle, ça se saurait hein.

      Mais je trouve très triste la relation entre ton Chéri et son frère, et je ne peux m’empêcher de me demander ce que ses parents ont fait (ou n’ont pas fait) quand ils étaient enfants. Ce n’est pas que je pense que les parents soient forcément responsables mais ils ont joué un rôle dans cette mauvaise relation, même minime.

      enfin bref, pas facile tout ça.

      • Non pas facile…
        Pour te répondre, son père travaillait beaucoup (du genre je pars à 7h du mat’ quand tout le monde dort encore et je rentre à 19h, les enfants doivent être calmes et silencieux voire au lit!)(ajoute à ça un égoïsme hallucinant, du genre par exemple à poser ses vacances en dehors vacances scolaires et à faire la gueule car elle ne pouvait pas partir avec lui (heu, WTF????)), sa mère, prof à temps plein à côté (pas un boulot facile non plus donc, bien chronophage) a donc géré de a à z tout toute seule, la maison, les gosses… ils ont eu pas mal de soucis avec leur aîné, qui n’écoutait rien, n’obéissait pas, n’en faisait qu’à sa tête… à la naissance de sa soeur tout le monde a dit c’est normal, il régresse, il est jaloux, en gros limite si tout n’était de la faute du bébé,à peine né mais bon, ça allait s’arranger, ça n’était qu’une fille après tout!!
        Il a donc pas mal emmerdé sa soeur, mais pas trop, pour ne pas aller trop loin non plus (Papa avait la main leste parfois quand même).
        Il s’est « rattrapé » sur son frère… et là sa mère a fait ce qu’elle a pu, mais bon… sans aucun soutien, elle ne pouvait pas non plus faire des miracles. Chéri a toujours été considéré comme le petit dernier, le petit chouchou, comme si ça n’était pas normal de devoir passer plus de temps à s’occuper d’un nouveau-né que d’un enfant de 7 ans autonome hein…
        Ma belle-mère le reconnaît, elle sait qu’elle aurait dû essayer de se bouger un peu, mais bon… Au moins, elle a la franchise de reconnaître ses erreurs et ses torts. Joli-Papa, lui est mort il y a bientôt 11 ans. Trop tard pour s’expliquer.
        Chéri a tout essayé pour que son con de frère l’aime: il se tapait des km à vélo pour aller le voir jouer au foot par exemple, même sous la pluie. Il est allé passer son permis de conduire avec son moniteur de frère, il a accepté de laisser sa place quand ils habitaient ensemble, pour que l’autre installe sa pouffe (en plus, un goût de chio*te pour les femmes, que ça soit l’ancienne ou l’actuelle), il s’est retrouvé dans un clapier immonde pas chauffé l’hiver, sans douche… Quand son neveu est né, il a pris le train en sortant de son travail de nuit (12h…) pour aller à la mat’, l’autre n’est jamais venu voir nos enfants alors qu’is étaient en vacances à 100 bornes de chez nous et qu’ils n’avaient qu’à suivre l’autoroute pour venir nous voir.
        Finalement, après un bon burn-out et une grosse remise en question et un gros gros travail psy, il lui a écrit ce qu’il pensait de lui, l’autre n’a même pas répondu.

        Du coup, il était super-vigilant sur ce qui aurait pu mal se passer entre nos enfants, mais là, on n’a rien à faire: ils s’adorent. Point.

        Dès la naissance (voire avant!) de sa soeur, notre grand s’en est occupé (il était toujours le premier arrivé dans sa chambre quand elle pleurait au réveil), jamais elle n’a été seule, je la posais dans son transat, hop, il rappliquait avec doudous, jouets, bouquins qu’il lui « lisait ».
        Bien sûr, 10 fois par jour c’est « je te déteste », « t’es plus mon frère/j’en ai marre de cette soeur »!! Ils se foutent des peignées pour se câliner 5 minutes plus tard. On se contente d’expliquer que si, toute la vie, ils resteront frère et soeur, quoi qu’il arrive, que si, ils s’aiment, on le sait, ils le savent.
        J’interviens assez peu, je laisse aussi les différents (les « pas graves ») se régler seuls, de toute façon, quand tu demandes ce qu’il y a, c’est toujours de la faute de l’autre!! 🙂 Donc dur de « prendre parti ». Généralement ils sont bons à mettre dos à dos, du coup, c’est chacun dans sa chambre et on ressort quand on est calmé.
        Par contre, c’est tolérance zéro pour les coups par exemple. Pas de « main levée » comme pour frapper non plus. Là, on ne rigole plus.

        Mais je persiste, je n’ai rien fait pour qu’ils s’entendent à la base!! Ce n’est pas grâce à moi/nous qu’ils ont cette relation qui je l’espère durera, durera, durera…

        • bouh, pas facile du tout l’enfance / la jeunesse de ton Chéri ! ça me donne des frissons de lire tout ça.

          et au contraire, c’est super mignon la relation entre tes deux enfants, ça me fait fondre d’imaginer ton grand s’occupant de sa petite sœur. Je trouve ça adorable et touchant.

          merci pour toutes tes réponses et ton témoignage 😉

          • Ca va, c’est pas Cosette non plus 😀
            C’est clair que lui n’a jamais posé de problème à ses parents, et il continue, contrairement à l’autre, qui se traîne de belles gamelles… Finalement, ça a fait de lui l’homme qu’il est actuellement, qui s’est pris en mains à 18 ans (il vivait à 600 bornes de chez ses parents!), a fait des études, payés par lui seul (pas comme sa soeur, dont l’emprunt étudiant a été remboursé par son mari!!)(ni comme moi… merci Papa-Maman ;-)), s’est toujours trouvé du taf, et pas par piston (comme son frère…) et c’est quelqu’un de bien.
            Vu de l’extérieur, des années plus tard, oui, ça fait… bizarre. Même ma belle-mère n’avait jamais pris conscience de certains passages assez durs, on en a reparlé il y a peu.

            Pour les miens, je ne vois pas trop ce qui pourrait les séparer…

            Merci à toi surtout, et pardon pour les pavés!!!

          • Tes pavés, je les aimeuh !
            C’est sur que devoir se prendre en main, ça vous forge le caractère 😉
            C’est bien de pouvoir parler de tout ça avec ta belle mère. C’est pas avec la mienne (qui a fait vivre des choses pas rigolotes à ses enfants) qu’on pourrait faire ça.

  3. Pfffffffffffffff, t’es con d’ecrire des trucs comme ca, tu m’en a foutu la larme a l’oeil ! Et au boulot en plus la classe quoi.

    En tous cas, j’ai vraiment passé un chouette moment que ce soit a avec Doc la puce, et mon crapaud, ou quand vous les filles, vous nous avez rejoins ! 🙂
    Faut qu’on remette ca vite, avec les beaux jours qui reviennent ça va être encore mieux !

    • j’ai réussi à te mettre la larme à l’œil, moi ?! ben dis donc…

      on est ready pour faire des trucs avec vous, balades, barbecue, etc… vivement le printemps !

  4. Ne m’encourage pas, malheureuse!!!! 🙂
    Oui, on peut en parler, parce qu’elle aussi a pas mal morflé, avec son fils aîné et son mari.
    Elle est veuve depuis bientôt 11 ans, et libre aussi donc. Beaucoup de peine et de chagrin certes, mais une autre vie à l’aube de sa retraite (ça faisait à peine un an qu’elle avait cessé d’enseigner).
    Tiens par exemple, nous on est à 600 et quelques bornes d’elle, on est très contents qu’elle ait un « bon ami » (rencontré par internet!!), il est aux petits soins pour elle, là dans pas longtemps elle va devoir subir une petite intervention, ben il sera là pour la conduire, la chercher, elle ne sera pas seule comme il y a 4 ou 5 ans quand elle a eu une opé à une épaule, elle a dû rentrer chez elle en taxi… Mon beau(f)-frère lui désaprouve cette liaison. De quel droit hein??? En quoi ça le regarde?? Sa mère n’a jamais jugé ses pouffes (sa femme a franchement manqué de respect à sa mère il y a peu, il n’a rien dit…), elle. Quand elle a déménagé il y 10 ans, il voulait prendre des décisions à sa place, il s’est fait remettre d’aplomb fissa.
    Alors, là, du coup, quand elle est venu chez nous les deux dernières fois, elle était bien remonté contre son fils (même sa fille était hors d’elle et ne voulait pas entendre parler de son frangin), Chéri lui a juste dit: « ça fait des années que je vous répète que c’est juste un con,, alors… hein! ». Ca a ouvert les vannes et fait du bien à tout le monde.

    • un peu que je vais t’encourager ! j’aime les commentaires, j’aime les pavés, faut se lacher !

      c’est pas facile de voir ses parents se remettre en couple. je suis un peu dans le même cas que ton homme, ma mère s’est mise en couple avec un homme qui n’est pas mon père (dans des circonstances assez glauques et compliquées).
      je n’apprécie pas tellement son compagnon. je le tolère et l’accepte parce que je sais que sans lui, le vie de ma mère serait bien plus compliquée (et la notre aussi par ricochet).

      tout ça pour dire que je sais à quel point ça peut être difficile d’accepter le nouveau compagnon d’un de ses parents, surtout quand on est adulte paradoxalement.

  5. Je pense que mon beauf ne comprend pas que sa mère puisse remplacer son père, même 11 ans après sa mort…
    Et puis, ils ne sont pas en couple, dans le sens où ils vivent chacun chez soi, ils sont souvent l’un chez l’autre certes, mais ils ne se remarieront pas par exemple! Donc, pas d’inquiétude à avoir pour l’héritage, nous a dit Jolie-Maman en rigolant (mais elle l’a dit très sérieusement à son fils aîné…). Et la grand-mère est toujours aussi dispo pour servir de baby-sitter (sauf pour les nôtres, trop loin!).
    Quand c’est comme tu le dis glauque et compliqué, je comprends que ça puisse peut-être pas choquer quand même, mais déranger.
    Cela dit, les frères de ma belle-mère ne l’ont pas bien pris non plus… là, les bras m’en tombent… (mais bon, la fille de l’un des deux a mis 5000 km entre elle et ses parents, quand elle revient à Reims, sa compagne l’attend en bas de l’immeuble, alors qu’elles sont accueillies à bras ouverts chez ma belle-mère!!)(donc lui et la tolérance… ça fait 2).

    • dans le même acabit que ton beauf, ma grand mère qui a été veuve assez jeune n’a jamais « refait sa vie » parce que ma mère et ma tante lui ont dit qu’elles le prendraient très mal.
      Des années après, ma mère a admis que quand même, c’était dommage.
      je sais même pas où je veux en venir en racontant ça moi. enfin si, au fait que c’est pas facile pour un enfant de voir ses parents refaire sa vie et être heureux sans leur autre parent. surtout en cas de décès je pense. je crois que c’est plus facile à accepter dans le cas d’un divorce, où chacun part de son côté.

      • Je pense que ça dépend aussi simplement de la personne… si mon beau-père avait été un homme exceptionnel, même 11 ans plus tard, sa veuve serait peut-être encore seule, à le pleurer. Mais c’était quelqu’un de profondément égoïste (à sa décharge, il n’a connu de vie de famille qu’avec sa femme et ses enfants, à 8 ans il était en pension et ne revenait que le week-end (et encore!!) chez ses parents) qui menait sa vie comme il l’entendait (il a par exemple acheté une maison sans même consulter sa femme…) si on suivait tant mieux, sinon, ben, tant pis.
        Après, n’ayant pas de parents divorcés (sont mariés depuis 1960) je me garderai bien de juger… ça me semble logique qu’on n’a pas envie étant enfant que quelqu’un vienne remplacer papa ou maman, mais qu’étant plus grand, je ne vois pas de quel droit on interdirait à ses parents de refaire leur vie, à moins d’accepter aussi qu’eux jugent celui/celle que l’on aime. Et généralement, ça, ça passe pas!! Si j’avais écouté mes parents, je ne serais pas avec Chéri et ils n’auraient peut-être pas de petits-enfants!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s