Des brèves de mars

Chez nous, c’est censé être février, le mois le plus pourri de l’année. Ben cette année, ça a débordé. Sur janvier et sur mars. Carrément oui.

  • On a commencé en janvier avec la nounou qui choppe la grippe et se casse le bras.
  • Et sa remplaçante, qu’on aura employé 5 semaines, ne lui est pas arrivé à la cheville.
  • Et employer une 2ème nounou, en CDD c’est pénible, administrativement parlant. Et ça coute cher aussi.
  • Mon homme a été malade pile la semaine où il était en vacances pour garder MissAngus.
  • J’ai récupéré le « bébé » la semaine suivante. Résultat des courses : 3 jours au fond de mon lit, sans pouvoir manger à cause du ballon de rugby qui était allé se loger au fond de mes amygdales.
  • En plus, ma bébé m’a arraché un grain de beauté en tétant. Va falloir que je le fasse retirer fissa. J’ai pas envie.
  • Pour couronner le tout, on a eu une méga fuite d’eau dans la cuisine. Le genre où tu te retrouves à 4 pattes un dimanche à 23h00 à éponger toute l’eau de ton lave vaisselle qui s’est retrouvée sur le carrelage. Et donc, toute l’évacuation d’eau de la cuisine (évier, lave linge et lave vaisselle) est à refaire. Et il va surement falloir aussi changer le chauffe eau de la cuisine. On attend le devis.

Ça en fait pas mal dans le genre série de petites choses gérables mais qui, accumulées, donnent juste envie de crier STOOOOOOOOOP et de se cacher le temps que ça s’arrête.

Alors lundi dernier, j’étais bien contente du retour de SuperNouou. Enfin, ma MissAngus allait arrêter de tourner en rond dans l’appartement, son doudou à la main, ce qui était son activité principale avec Nounoubis.
On a vu revenir de vrais comptes rendus de journées dans le cahier de liaison, ave de vraies activités, des sorties au parc, etc…
Je pensais avoir un peu de répit de ce côté là.

Et puis en fait, non.

Vendredi soir, SuperNounou nous a annoncé qui est très bonne pour elle, qui me fait plaisir pour elle : elle attend un bébé.
Je suis contente pour elle, vraiment.

Égoïstement, j’aurais juste bien aimé qu’elle attende un peu plus longtemps. Parce que pour nous, ça signifie qu’elle ne va pas pouvoir s’occuper de MissAngus jusqu’à l’entrée en maternelle comme je l’avais espéré un moment.
Pour nous, ça signifie qu’il va falloir repartir dans la galère, rechercher un nouveau mode de garde, nounou ou ass mat (je n’ose parler de place en crèche)
On va se débattre dans les tracas administratifs, le congé maternité et les arrêts maladie.

Encore une fois, je me rend compte à quel point employer quelqu’un est compliqué, à quel point l’imprévu est difficile à gérer.

Publicités

10 réflexions sur “Des brèves de mars

    • t’as vu, on cumule hein !
      bon, j’ai même pas encore commencé à chercher une autre nounou, vu que je ne sais pas quand l’actuelle va partir…
      va encore falloir gérer dans l’urgence, ça me gaaaaaaaaaave !
      merci pour les encouragements.

      • Bé, l’actuelle, normalement elle partira (sauf problème médical, là…) en congé mat’ comme n’importe quelle future maman (6 semaines avant terme donc ou 8 si ce n’est pas son premier et 10 à 18 semaines après la naissance) et sera « payé » à ce moment par la sécu, indemnités calculées à partir des bulletins de salaire que vous lui fournissez chaque mois.
        Ce en tout cas ce que j’ai fait moi, tombée enceinte de ma fille, alors que je m’occupais de mon fils de 18 mois et d’un petit garçon de 9 mois.
        Je pense qu’il va falloir commencer à chercher assez rapidement, au cas où…
        J’avais dû prévenir les parents vers 4 mois de grossesse, je crois bien… (la maman est tombée enceinte 4 mois après moi!! Du coup ils ont engagé une autre nounou jusqu’à la naissance et elle a pris un congé parental ensuite)
        Votre assmat n’aurait pas une bonne copine-collègue, un peu comme elle, à vous recommander??

        • On ne connait pas encore précisément les dates de son congé maternité, faut attendre l’écho de datation qu’elle doit avoir la semaine prochaine. A priori, elle en est à mois, quelque chose comme ça.
          Ce qui complique un peu la situation, c’est qu’elle n’est pas ass mat mais nounou à domicile. Et quand on a commencé à bosser avec elle, elle habitait à moins de 10 minutes à pieds de chez nous & l’autre famille, mais depuis elle a déménagé et a dans les 3h de transports par jour.
          Tous ces transports + le métier qui est quand même bien plus physique que de rester assis derrière un ordinateur me font craindre qu’elle soie arrètée bien avant son congé maternité.

          On lui a déjà demandé de nous recommander quelqu’un. Elle connait plein de monde, le soucis c’est que la grosse majorité des places se libère en septembre. C’est déjà l’écueil sur lequel j’étais tombée lors de ma recherche pendant mon congé mater.
          Et même si elle va jusqu’à son congé mater, ça sera bien avant. Donc il va y avoir un trou, quoi qu’il se passe.

          Pour ce qui est des indemnités, je me m’y suis déjà un peu frottée lors de son arrêt pour son bras. Les papiers à emplir côté employeur sont loin d’être simple, mais enfin on finit par y arriver.

          Enfin tout ça, c’est le jeu, c’est normal.
          C’est juste que c’est quand même pas simple d’être un particulier employeur. (bon pajemploi ça aide bien quand même)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s