Rituel du soir

Après une période assez difficile, les nuits de MissAngus s’améliorent.

Durant sa première année, il y a eu des périodes où elle dormait toute la nuit sans réveils et d’autres où ça n’était pas le cas.
En particulier, au retour des vacances d’été, c’était très difficile : on avait plusieurs réveils par nuit d’un bébé qui ne se rendormait pas seul.
Donc tétée dans notre lit puis tentatives de retour dans son lit qui échouait lamentablement un coup sur 2 et ça finissait avec un papa ou une maman exténué qui restait auprès d’elle pour l’aider à s’endormir puis tachait de sortir de la chambre sans faire grincer le parquet…
On ajoute à ça des couchers pas toujours faciles et on imagine la tête des parents le matin au boulot.

Depuis quelques temps, ça va mieux donc.
Les couchers se passent bien et les nuits sont bonnes. De plus en plus, soit MissAngus ne se réveille pas, soit elle chouine / rale moins de 5 minutes et se rendort seule. On en va la voir qu’en cas de vrais pleurs.

Pourtant, le rituel du soir n’a pas changé, nous n’avons rien fait de particulier. Il est bien établi, et nous le maintenons, identique tous les soirs et je pense que c’est ça qui est important : ça donne des repères qui rassurent.

Après le bain, c’est le repas.
Puis, en fonction de l’heure, un petit moment jeu (calme normalement) et lecture, elle adore les livres.
Vient le moment de changer la couche pour mettre celle de la nuit. La dose de Camilia dans l’espoir d’apaiser les poussées dentaires est un membre à part entière. si on oublie, MissAngus la réclame en tendant la main vers l’endroit où la boite est posée.
On fait des calins avec papa, on joue un peu à coucou / caché. On accompagne papa à la porte, qu’on laisse juste entre-ouverte et on lui dit au-revoir, on lui fait des bisous.

Et vient le moment de douceur : la tétée du soir, assise dans mon fauteuil à côté de son lit, dans la pénombre.
Je lui caresse doucement la tête, le visage, lui embrasse les mains en chantonnant pendant qu’elle fait le plein de lait et s’abandonne doucement au sommeil qui la gagne.
Je lui explique que quand elle aura fini de téter, je la mettrai dans son lit, en compagnie de ses doudous et qu’elle fera son gros dodo de la nuit.
Cette tétée est pour elle autant que pour moi, je la savoure chaque soir, même lorsque je suis fatiguée et que mes yeux se ferment aussi, même quand j’ai envie qu’elle dorme vite pour pouvoir aller rejoindre mon homme dans le salon et passer un peu de temps à deux.

Puis je l’embrasse une dernière fois, lui souhaite une bonne nuit et la pose dans son lit, toute somnolente. Je lui donne ses doudous (un dans chaque bras et le 3ème à côté de sa tête) et je quitte la chambre sur la pointe des pieds.
Parfois à la fin de la tétée, elle n’est pas du tout endormie. Alors qu’avant, cela signifiait qu’elle allait pleurer à peine posée dans son lit et qu’il allait falloir rester dans la chambre jusqu’à l’endormissement, désormais elle accepte très bien d’aller dans son lit. elle prend le doudou que je lui tends et lui fait un gros câlin. Et elle s’endort seule, en papotant et en chantonnant.

De retour dans le salon, la lumière m’éblouit. Et je retrouve mon homme qui m’attendait. Notre soirée peut commencer.

Publicités

14 réflexions sur “Rituel du soir

  1. trop mignon!
    Moi je galère en ce moment avec n°2 (7 mois 1/2) qui après avoir eu une période « je m’endors peinanrd tout seul après la tétée », est à la période « même pas en rêve tu me poses tant que je ne me suis pas endormi au sein »…
    pfiouuuuuuuuuu

    • ah mais je te rassure, on a aussi eu la période « je ne m’endors qu’au sein et gare à toi si tu me décroches trop tôt », ainsi que la période « je ne veux pas téter mais donne moi ton petit doigt » et même celle « j’ai besoin que tu sois dans ma chambre pour que je m’endorme » et ce au coucher mais aussi lors des réveils nocturnes. Dur !
      Et puis ça a fini par passer, alors je te dis : courage, ça passera chez toi aussi.

      des bises (et bonnes fêtes 😉

  2. C’est un joli moment… je vis le même chaque soir, et aucun problème pour l’endormissement.
    Par contre, en journée, c’est plus dur, elle pleure quand je la mets au lit alors qu’elle est fatiguée… c’est pas facile… Et si je ne la laisse pas râler un bon moment, elle ne dort pas…
    je t’embrasse

    • Les siestes en journée, ça n’a pas été super facile chez nous non plus.
      Quand j’étais en congé maternité, MissAngus dormait dans son transat (Doomoo) à côté de moi. Et ne s’endormait qu’au sein ou en tétant mon petit doigt.
      J’ai commencé à l’habituer à dormir dans son lit en journée parce que la reprise approchait. Ça n’a pas été facile, et il lui fallait toujours mon sein, mon petit doigt ou ma présence pour s’endormir.
      La nounou aussi l’a fait dormir en transat dans la même pièce qu’elle au début et l’a ensuite passée dans un lit petit à petit.
      Aujourd’hui elle s’endort très bien toute seule avec la nounou.
      Avec moi, ça n’est pas toujours systématique mais globalement, ça se passe bien.

      Courage, ça va venir 😉
      Et des gros bisous.

  3. Nous aussi on aime particulièrement ces petits rituels du couché. Par contre, les nuits ici deviennent à nouveau délicate depuis deux jours…Pourvu que ce ne soit que temporaire !

    • ah ces satanées dents ! on a eu pas mal de réveils nocturnes à cause d’elles.
      je me souviens d’une fois en particulier, où MissAngus a hurlé de minuit à 2 ou 3 h du matin. Rien ne la calmait (et bien sur son père n’était pas là…)
      c’est un suppo de doliprane qui a fini par avoir le dernier mot.
      en ce moment ça va, mais je crois que les prémolaires vont se pointer (je ne les sens qu’une fois qu’elle sont là) alors je tremble un peu.

      courage !

  4. Oui je pense que la régularité fait qu’elle est rassurée, et plus ça ira mieux ça ira, même si des fois un petit grain de sable va venir mettre en péril tout ça, après tout ce ne sont pas des machines 🙂

    • ça n’est pas une machine, c’est vrai. je le répète assez souvent.
      nous les adultes, on n’a pas autant faim à chaque repas ou d’un jour sur l’autre, on ‘a pas toujours sommeil à la même heure, etc… alors pourquoi on attend des enfants qu’ils soient toujours réglé comme du papier à musique ?

      mais c’est vrai que les rituels sont rassurants. je ne le pensais pas avant, mais maintenant je trouve le rituel du soir indispensable.

    • à la réflexion, j’ai envie d’ajouter un truc.
      je pense que ce qui a été important aussi dans la mise en place d’un endormissement paisible, c’est le fait qu’on a TOUJOURS répondu à ses pleurs.
      Je parle bien des vrais pleurs, pas des rallouillages de « je cherche mon sommeil, je cherche la bonne position et je caline mon doudou »
      Je fais partie des gens pour qui c’est physiquement impossible de laisser pleurer son bébé.
      Et je pense que ça joue un rôle majeur dans la confiance qu’elle a en nous : elle SAIT que si ça ne va pas, on viendra.

      Rien qu’hier soir, elle a pleuré 10 minutes après le coucher. c’est rare mais ça arrive.
      Il a suffit que je rentre dans sa chambre pour qu’elle arrète de pleurer. Je suis restée à côté d’elle 5 minutes, je suis partie et elle a dormi d’une traite jusque 7h ce matin.
      Si je n’y étais pas allé, elle aurait hurlé je ne sais combien de temps, et je suis sure que son sommeil aurait été bien moins paisible.

  5. Pingback: La dernière tétée | Procrastineries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s