La dernière tétée

Comme c’est la Semaine Mondiale de l’Allaitement, j’ai envie de parler des tétées de MissAngus. (Attention : post fleuve)

23 mois, toujours allaitée. Il ne nous reste plus qu’une tétée par jour la plupart du temps : le soir avant de dormir.
Le week-end, elle tête aussi avant la sieste, et parfois une autre fois mais c’est rare et c’est à peine 2 gorgées à chaque sein.

Quand j’étais enceinte de MissAngus, je savais que je voulais l’allaiter.
Combien de temps ? Je n’y avais pas trop réfléchi. Les 6 mois d’allaitement exclusif me semblaient le minimum, ensuite on verrait bien.
C’est d’ailleurs ma réponse à ceux qui me demandent parfois : « mais jusqu’à quand ? » : « jusqu’à ce qu’une de nous deux en ait marre ».C’est rai, pourquoi vouloir à tout prix changer quelque chose qui fonctionne bien et qui convient à tout le monde ? (mais je m’égare, ça n’est pas mon sujet aujourd’hui)

J’ai été allaitée environs 3 semaines. Tétons ombiliqués, « manque de lait » et entourage dévalorisant, ma mère a bien vite jeté l’éponge.
Mon frère a été allaité durant 6 mois. J’en ai des souvenirs, j’étais déjà grande.

Avant de commencer à essayer de concevoir un bébé, je pensais que sein ou bib, c’était du pareil au même et qu’en tout état de cause, s’embêter à allaiter plus de 3 mois ne servait à rien.

Pour tromper mon attente, j’ai lu. Des forums surtout, des blogs un peu. Je me suis renseignée, documentée.
J’ai vu mon amie allaiter son fils près de 2 ans.
Et l’envie d’allaiter m’est venue. Oui c’est mieux pour le bébé, oui c’est mieux pour la maman. Mais en réalité, mon envie était au delà de ça, au delà du rationnel.
Mon homme n’était pas spécialement partant au début pour un allaitement long dont il ne voyait pas trop l’intérêt. Et puis certaines choses l’ont fait changer d’avis et il est devenu presque plus motivé que moi.

Pendant ma grossesse, je n’ai lu qu’un seul livre sur le sujet : celui du Dr Marie Thirion. (et encore, je n’ai pas lu la partie sur le sevrage, que j’ai lue bien plus récemment).

Mes errances sur divers forum m’avaient préparée au pire de l’allaitement : crevasses, engorgements, REF, baisses de lait, mastite, grève de la tétée… Je crois que j’avais fait le tour de toutes les misères qu’on peut rencontrer lors d’un allaitement.
A l’opposé, le livre du Dr Thirion m’a détendue, m’a permis de comprendre le fonctionnement de toute cette machinerie. Avec finalement une seule chose à retenir : plus le bébé tête, plus il y a de lait.

J’étais donc finalement assez détendue (sur ce sujet là en tout cas) quand j’ai accouché et que j’ai posé ma bébé sur moi pour un peau à peau et sa première tétée.
On a aidé MissAngus a trouver le sein et elle ne l’a pas lâché. Elle a tout de suite su téter comme il fallait.
Pendant ce temps, une interne me recousait charcutait l’épisio. Moi je ne sentais rien, encore sous l’effet de la péri et complètement shootée aux hormones. Je ne faisais qu’admirer ma bébé, ses yeux dans mes yeux, qui tétait comme une pro.

Les premiers temps, je la mettais au sein dès qu’elle se réveillait, sans attendre qu’elle demande.
La monté de ait a eu lieu le 2ème jour je crois, elle a été progressive et indolore (oui, j’ai eu de la chance)
A la maternité, je notais sagement les tétées et les changes sur la feuille qu’on m’avait donnée mais dès le retour à la maison, je n’ai plus rien noté. On a fait au feeling si bien que je n’ai jamais été capable de dire combien de tétées par jour elle prenait.
Elle prenait bien du poids à chaque pesée, était plutôt dans le haut des courbes. Personne ne m’a pris la tête au sujet d’un quelconque rythme.

Je n’ai rencontré aucun des désagréments auxquels je m’étais préparée, à part un mini engorgement à quelques semaines. Il a duré moins de une journée, le temps que MissAngus se décide à téter de nouveau sur ce sein là. Le gauche qui depuis est devenu son préféré.
J’ai mis de la lanoline (Lansinoh pour ne pas la nommer) et j’ai utilisé des coussinets jusqu’à ce que j’en aie marre.

L’allaitement a donc bien roulé dès le début. On a connu les coliques mais je ne suis pas sure que ça aurait été mieux au bib. N’empêche, j’ai été bien soulagée quand elles ont fini par disparaitre.
Ce que j’ai le moins aimé dans mon allaitement, c’est de tirer mon lait à la reprise du travail. La machine et moi, on était pas très potes. J’aurais pu choisir faire du mixte mais j’avais peur que ma lactation ne soit pas assez stimulée alors je me suis accrochée.

Et puis voilà, petit à petit, MissAngus s’est mise à téter de moins en moins.
C’est la tétée de retrouvailles qui a sauté en premier, elle préfère se jeter sur la baguette de pain que je ramène. (l’ingrate !)
Depuis peu, celle du matin a aussi disparu. (et là je suis un peu coincée pour lui proposer un petit déjeuner correct – en général c’est un pain au lait +/- du jus de fruits)

La dernière tétée, celle qui nous reste, c’est donc celle du soir, dans la pénombre de sa chambre, juste avant de la mettre au lit.
Combien de temps encore en voudra-t-elle ? Va-t-elle se sevrer complètement du fait de ma grossesse ? Ou au contraire va-t-elle téter encore plus une fois son petit frère / sœur là ?
Autant de question pour lesquelles je n’ai pas de réponse. Je me prépare autant au sevrage qu’au co-allaitement (même si ce dernier me fait autant peur que rêver en fait)

En attendant je savoure cette dernière tété, ce dernier moment de la journée rien qu’entre nous 2.
Hier soir entre 2 gorgées, elle m’a dit « c’est bon, maman »
Et ça, ça vaut tout l’or (blanc) du monde !

Publicités

10 réflexions sur “La dernière tétée

  1. Tu racontes très bien! Je me retrouve dans le début de ton récit, jusqu’à la relation d’amour/haine avec le tire lait (j’aime sa fonction, mais je déteste cette machine!) J’espère poursuivre notre allaitement aussi sereinement que vous, et je te souhaite qu’il se continue autant qu’il vous conviendra à toutes les deux.

  2. Ah la la, tu me fais rêver avec cet allaitement…J’aurais tellement aimé que l’allaitement de LB se passe comme ça…Je croise les doigts pour qu’avec le prochain bébé, je puisse allaiter le plus longtemps possible !

  3. Chouette récit… de mon côté, j’ai allaité 10 mois, je ne pensais pas aller au delà de 6, et puis voilà… une très belle aventure ! bises & plein de belles choses pour la suite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s