L’étendue des dégats

Loutherbourg-Naufrage_en_grande_tempête

Dans la tourmente

4 mois.

4 mois qu’un soir, après avoir couché les enfants, il est parti. Comme ça, sans rien dire, ou si peu.

4 mois que j’essaie de rétablir un semblant de communication, que j’essaie de comprendre comment on a bien pu en arriver là. comment j’ai pu ne rien voir venir, comment j’ai pu être aveugle à ce point, pourquoi il ne me laisse pas la moindre chance.

4 mois de boule au ventre, d’angoisses incommensurables, de larmes.

4 mois que je tache de faire face, d’assurer seule le quotidien, que je m’efforce d’être un roc dans leur univers dévasté, que j’essaie de répondre à toutes leurs questions avec honnêteté et sans faux semblants.

4 mois que j’accepte (presque) sans broncher ses diktats : ses jours et heures de visites pas toujours prévisibles, son désengagement de plus en plus important dans la gestion du quotidien, l’absence totale de toute concertation, les engagements pris et non respectés.
4 mois que les enfants et moi sommes à sa disposition.

4 mois d’une coupe qui se remplit et qui déborde.

4 mois c’est bien assez, 4 mois c’est trop.

Publicités

13 réflexions sur “L’étendue des dégats

  1. ça me paraît déjà tellement long tout ça… et tellement dur à porter.
    Avez-vous tenté de mettre en place des règles claires? ça vous aiderait tous j’en suis sûre mais ce n’est pas si facile à faire.
    Après il te faudra des soupapes oui. Essaye de te préserver car la situation te meurtrit un peu plus chaque jour.
    Bisous

    • C’est à dire qu’il a imposé des choses et ne les respecte pas. Donc bon.
      Des soupapes il m’en faut c’est clair. Et je m’en ménage : je m’organise des sorties, des soirées avec des copines… Rien que ça, ça me fait beaucoup de bien.
      Pour le reste, on verra plus tard.

  2. Je te fais des centaines de bisous, au moins pour chaque jour passé depuis ces 4 mois. Ils ont été affreux. Mais regarde devant toi, loin, oublie le noir et concentre toi sur la petite lumière au bout.

  3. Prends soin des mini-blonds, mais aussi de toi. Beaucoup de toi.
    Courage. Je ne sais que dire d’autre…

    Si t’as besoin de soirée de sortie pour décompresser, je te fais du babysitting quand tu veux, je me libèrerai (pas ce weekend malheureusement). Hésite pas, vraiment. Et si tu veux juste de la compagnie, je fais aussi 🙂
    Des câlins forts.

  4. « 4 mois que les enfants et moi sommes à sa disposition »
    ????
    Alors bien sûr, j’ignore totalement ce qui s’est passé, pourquoi vous en êtes arrivés là, mais pour autant, même si tu étais la seule responsable de cet état de fait (du genre tu l’as trompé par exemple)(très honnêtement, c’est à peu près, à mon échelle de valeur, la seule chose qui pourrait « excuser » son comportement actuel), cela ne justifie pas sa manière de faire actuelle.
    Et faire « payer » quelque chose à son conjoint/ex-conjoint, encore, je peux comprendre, mais à ses gamins?!?

    Je sais, c’est facile à dire pour moi, vu de l’extérieur, mais peut-être faut-il penser à se défendre un peu et mettre en place des solutions « légales ». Aussi pour avoir des munitions pour se défendre le cas échéant, parce que c’est la guerre, là.

    Je suis peut-être complètement à côté de la plaque hein (dans ce cas pardonne-moi cette intrusion!), mais je n’aime pas lire ça…

    A défaut (comme d’hab’) de pouvoir faire plus, je pense fort à toi, à vous 3, je t’embrasse très très fort.

    • Merci à toi d’être là et de me suivre si fidèlement depuis si longtemps. Merci d’avoir toujours un petit mot gentil, merci de ton soutien.

      Je ne l’ai pas trompé, au contraire pourrait on dire.
      Comment on en est arrivés là est une vaste question. Je n’ai pas de réponse vraiment précise à apporter, une foule de choses mises bout à bout qui l’on fait fuir plutôt que de tenter de réparer ce qui aurait pu l’être ? Je suis l’imbécile qui n’a absolument rien vu venir.

      C’est difficile de te répondre précisément pour le moment. Mais vraiment, merci d’être là, tu es vraiment quelqu’un de précieux à mes yeux.
      Je t’embrasse fort moi aussi.

  5. 4 mois affreux pour toi et tes enfants. 4 mois qui vous construisent d’une certaine façon, un jour, dans longtemps, tu le verras.
    Tu n’aimes pas trop qu’on te dise forte, parce que tu dis que tu n’as pas le choix. Mais tu as toujours le choix, de t’écrouler, de fuir, de laisser tomber, de cesser de chercher des solutions concrètes pour tes enfants (la couette, le deal du matin etc)… Tu continues d’être là pour eux, je sais que tu penses que tu le fais mal parce que tu vas mal, mais tu es présente, tu t’inquiètes pour eux, pour leur avenir, tu gères le quotidien avec l’énergie dont tu disposes, et c’est normal que tu n’en aies pas autant que tu le voudrais.
    Il est trop tôt pour que tu puisses penser à l’après, à quand ça ira mieux, même beaucoup mieux, mais c’est important qu’on te serine que ça va arriver, surtout les gens à qui c’est arrivé. Ce n’est pas mon cas alors je ne peux pas te raconter mais j’ai vu plusieurs comptes twitter passer par des ruptures terribles et se reconstruire ensuite. Ca prend du temps bien sûr. Mais ça viendra on est toutes là pour te le promettre le temps que tu puisses y croire.
    C’est fouillis mais je n’arriverai pas à faire mieux à moins de délayer le commentaire pendant des jours/semaines alors j’arrête là en t’embrassant bien fort ❤

  6. Pingback: Si ma vie était un film #53BilletsEn2015 #8 | Procrastineries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s