Away we go

Film de Sam Mendes, avec John Krasinski et Maya Rudolph (que des gens que je ne connais pas mais je ne suis vraiment pas une référence en la matière)

C’est même pas moi qui ai choisi d’aller voir ce film, c’est l’homme. Et il a apprécié autant que moi.

L’histoire : Lorsque Burt et Verona apprennent qu’ils vont devenir parents, c’est la panique. Ils détestent la ville de province où ils habitent, et maintenant que les parents de Burt déménagent, plus rien ne les y retient. Ils décident alors de partir à la recherche de l’endroit parfait où fonder leur famille. Sur leur chemin, ils rendent visite à leur famille et à de vieux amis. Certains leur paraissent fous à lier, d’autres leur donnent envie de suivre leur modèle… Mais finalement, tous vont aider à leur manière Burt et Verona à réaliser qu’ils n’ont peut être besoin que l’un de l’autre pour fonder leur foyer. (source : allociné)

On a adoré.

C’est un film pour femme, voire un film pour femme enceinte.
Il parle des questions qu’on se pose quand on envisage de devenir parents : vais je m’en sortir ? serai je un bon parent ?
ou tout simplement : quel type de parent vais je être ?
Et puis aussi, ça parle des parents qui disparaissent un jour, forcément, et de comment on le vit.

Ce sujet est grave, il est traité avec une certaine légèreté et beaucoup d’humour.
Je me suis complètement identifiée à ce couple, en quète de ce qu’il y a de mieux pour leur enfant à venir, allant de déconvenues en déconvenues.
Et réalisant que finalement, ils vont faire de leur mieux et c’est ça qui est le plus important.

Le choix fait à la fin m’a un peu surprise au début, mais finalement il est logique et évident. Et c’est le meilleur choix, oui.

Les familles rencontrées sont toutes des caricatures bien poussées à l’extrème.
La famille adepte du continuum m’a bien fait rire.
J’ai été touchée, émue aux larmes par la famille canadienne adoptante. La scène où la mère dans dans le night club est tout simplement sublime.
Et puis bien sur, le père, abandonné du jour au lendemain par sa femme, qui se demande comment il va faire pour élever sa fille sans sa maman…

Un très beau film, touchant, émouvant, drôle et qui fait réfléchir aussi…

Publicités

Happily ever after…

L’autre soir, j’ai revu il était une fois (enchented en VO).

1er constat : il faut vraiment qu’on change de TV, 55cm c’est vraiment tout petit.

Second constat : me suis encore fait entuber par le boitier du DVD.
J’explique :
On avait donc pris l’édition 2 DVD collector, histoire de faire le plein de bonus, making off, etc…
J’ouvre donc ce boitier, je vois 2 DVD à droite et de la pub à gauche.
Bien dégoutée, je vois que sur l’un des DVD, ya marqué « Narnia, le prince Caspian – 1ères images exclusives » Me suis dit bon sang, quelle arnaque, si j’avais su, j’aurais pris l’édition simple, pasque j’aime bien Narnia, mais c’est pas ce que j’attendais comme bonus sur ce DVD.
Tout en ronchonnant, je mets le DVD dans le lecteur, arrive le menu, je mets VOST, et je cherche le film… Que je ne trouve pas…
En fait, le DVD du film était planqué sous la pub à gauche, et le DVD que j’avais mis dans le lecteur était celui du making off. C’est pas la première fois que ce genre de gag m’arrive en plus. Je vais peut être un jour avoir l’habitude…

Bon, j’ai donc mon happily ever after ; un DVD de film, un de bonus, et même un Narnia. Cool.

Revenons au film donc.
Lire la suite

in her shoes -1- le livre

Livre de Jennifer Weiner, sur lequel je suis tombé par hasard en caisse à la fnac, il avait été abandonné par une cliente précédente.

La couverture jaune vif a attiré mon œil, et la 4ème de couverture m’a donné envie de suite :

« À ma gauche, Rose Feller, trente ans, avocate dans un grand cabinet de Philadelphie, toujours sur le point de commencer un régime. Son rêve? Qu’un homme lui enlève ses lunettes, la regarde droit dans les yeux et lui
dise qu’elle est très belle… et que sa petite sœur Maggie arrête de lui piquer ses chaussures, son argent et ses amoureux. À ma droite, Maggie Feller, vingt-huit ans,
chanteuse, serveuse, vendeuse, toiletteuse pour chiens, un corps de rêve, un succès fou auprès des hommes. Son rêve à elle ? Devenir une star de la télé. Ou de la chanson. Ou du cinéma. Et prouver à tous qu’on peut être une bombe sexuelle et avoir un cerveau. Leurs seuls points communs? L’ADN, leur pointure, un drame familial et une revanche à prendre sur la vie… »
(amazon)

J’ai a-do-ré !! j’arrivais même plus à me décoller du bouquin !

Lire la suite